A nouveau, une décision présidentielle


L’élection présidentielle de mai 1995 allait provoquer un nouvel épisode dramatique dans l’histoire des essais nucléaires français. A peine arrivé au pouvoir, Jacques Chirac annonçait la reprise des essais à Moruroa.

En plus de la volonté du nouveau président de la République de montrer qu’il avait le pouvoir d’« appuyer sur le bouton », le lobby nucléaire militaire a avancé des arguments invérifiables. Fallait-il encore quelques essais pour valider la tête nucléaire « TN75 » du futur sous-marin ? Fallait-il encore quelques essais pour modéliser les « simulations en laboratoire » qui permettraient de pérenniser la « force de frappe » française ?

A nouveau, cette décision fut un gâchis diplomatique pour la France. Dans le monde « démocratique », les capitales connurent des manifestations sans précédent. Au Parlement européen, Jacques Chirac fut conspué. En France, la gauche socialiste, oubliant dix ans de mutisme, prit fait et cause contre la reprise des essais. Greenpeace décida le retour de sa flotte autour de Moruroa accompagnée par l’escadre de la « Flotille de la Paix ». A Tahiti, des personnalités du monde entier défilèrent aux côtés des Polynésiens. Pour la première fois, les membres du synode de l’Eglise Protestante prirent part au défilé de protestation dans les rues de Papeete. A Papeete, Mgr Jacques Gaillot défila en tête de cortège aux côtés d’Oscar Temaru. Tous deux accompagnèrent l’expédition de Greenpeace, d’où ils furent « délogés » par les commandos de la Marine pour être conduits à Moruroa.

A l’occasion de la commémoration des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki, les 6-9 août, une délégation du Tavini Huiraatira accompagnant l’ancien député Francis Sanford, se rendit au Japon pour dénoncer la reprise des essais nucléaires français. Un expert français, partisan résolu de la dissuasion nucléaire, laissa même entendre que la reprise des essais français alors qu’on commémorait le cinquantième anniversaire des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki constituait une véritable provocation dont la France aurait pu se passer.


 Vidéos

 Glossaire

Mot 


 Quizz
Citez les deux villes qui ont subi un bombardement nucléaire ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales