Reao et Pukarua en 1966


Les atolls de Reao et de Pukarua se situent au nord de la partie orientale des Tuamotu à une distance d’environ 400 km des atolls nucléaires de Moruroa et Fangataufa.

Comme Tureia, ces deux atolls n’ont pas de passe et les lagons, au temps des retombées des essais, concentreront la radioactivité. Les deux atolls ont été désignés pour faire partie de l’« Organisation des Postes Périphériques » (OPP) et dès avant les premiers essais de 1966, la DIRCEN y installa un poste météorologique et un petit détachement militaire du 5ème RMP. En 1966, Reao comptait 270 habitants et Pukarua 200.

Géolocalisation: voir Reao sur Google Map



Curieusement, alors que le discours officiel des responsables militaires affirmait que les essais nucléaires aériens ne seraient tirés qu’au cas où les vents porteraient le nuage en direction de l’Est, on équipa les deux atolls d’abris de « prévoyance » désignés sous le nom d’abris « Pantz ». Ces abris ont été construits en 1967 en prévision des tirs thermonucléaires de grande puissance de 1968 comme ce fut le cas pour les Gambier, à Mangareva et Totegegie. A Reao, pourtant, dès 1966, la DIRCEN fit installer sur l’atoll un abri « gonflable », désigné communément sous le nom de « Tortue ».

Un rapport du SMSR, rédigé par le capitaine Charbonnier, est daté du 16 octobre 1966, c'est-à-dire après la fin de première campagne d’essais aériens de 1966. Outre les informations sur les relations entre les militaires et la population locale et l’état du moral des troupes stationnées sur l’atoll, le capitaine Charbonnier mentionne que la population de Reao, après quelques séances d’accoutumance au séjour dans la « Tortue » par des séances de cinéma, a été installée dans l’abri à l’occasion des trois tirs de la seconde demi-campagne de 1966, pour les tirs Bételgeuse, Rigel et Sirius.

Le rapport mentionne également la situation à Pukarua. Les habitants de cet atoll voisin de Reao s’étonnaient que le CEP n’ait pas pris les mêmes dispositions de protection à Pukarua qu’à Reao. Le capitaine Charbonnier indique qu’il a choisi de faire mettre la population de Pukarua à l’abri des retombées dans l’école et la salle de catéchisme. Le chef de poste de l’atoll a probablement dû faire son rapport sur le déroulement des opérations lors de la campagne de tirs de 1966. Nous n’en avons pas connaissance. N’ayant passé que quatre heures à Pukarua, le 2 septembre 1966 (avant le tir Bételgeuse) le capitaine Charbonnier n’eut probablement pas le temps de s’informer sur l’éventuelle contamination de cet atoll lors des premiers tirs de juillet 1966.


 Galerie photos

 Glossaire

Mot 
  • CEP
  • Centre d’expérimentation du Pacifique
  • DIRCEN
  • Direction des centres d’expérimentations nucléaires
  • SMSR
  • Service Mixte de Sécurité Radiologique


 Quizz
Citez les huit pays qui ont effectué des essais nucléaires depuis 1945 ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales