Les répercussions sur les communautés aborigènes


Le gouvernement australien n’a pas demandé l’autorisation des propriétaires fonciers coutumiers préalablement aux essais nucléaires. Avant d’être sélectionnée pour accueillir le site des expérimentations nucléaires, la région de Maralinga était habitée par les populations aborigènes Pitjantjatjara et Yankunytjatjara, pour qui Maralinga est d’une très grande importance spirituelle. Les moyens d’existence et la santé de ces communautés autochtones ont été bouleversés par les expérimentations nucléaires.

La culture aborigène était très forte dans cette région et elle l’est toujours. Une série de pistes du « dreamtime », (période mythologique de la création ou Temps du rêve), connecte la communauté Tjarutja aux ancêtres des communautés locales, aux récits de leur vie et à la vie même de ces communautés. Les Tjarutja montrent encore leur capacité au nomadisme, leur passion pour les marches à longue distance, pour aller rencontrer des membres de la famille, découvrir de nouvelles nourritures, visiter leur trou d’eau préféré et assister à des « corroborees », (cérémonie de danse coutumière).

Pendant les essais nucléaires, certains Aborigènes ont reçu des billets de train aller-simple vers des villes éloignées, d’autres ont été rassemblés dans un camp à Yalata, une mission religieuse à 150 km à l’ouest de Ceduna. Alice Cox – la plus âgée de tous les survivants des essais – se souvient de l’époque : « Des soldats partout. Des fusils. Nous avons tous pleuré, pleuré, tous en pleurs. Les hommes, les femmes et les enfants, tout le monde avait peur. »

Bien que tout le monde aurait dû être évacué de la région des essais atmosphériques des années 50, plusieurs Aborigènes sont restés sur leurs terres à l’intérieur de la zone des essais. Ce fait était connu du gouvernement australien de l’époque, mais il a été dissimulé jusque dans les années 80.


Aujourd’hui, les femmes aborigènes dans le désert d’Australie du Sud ont formé un groupe appelé « Kupa Piti Kungka Tjuta » et une campagne dénommée Irati Wanti (« Le poison – Laisse-tomber ») pour s’opposer à toute éventuelle pollution nucléaire de leur pays. Les plus âgées de ces femmes se souviennent des essais nucléaires des années 50 – et s’inquiètent des conséquences sur les prochaines générations :

« Nous étions tous en train de vivre là quand le gouvernement a utilisé le pays pour la Bombe. Certains vivaient à Twelve Mile, juste à la sortie de Coober Pedy. La fumée était bizarre et tout semblait comme voilé. Tout le monde est tombé malade. D’autres gens étaient à Mabel Creek et beaucoup sont tombés malades. Certains vivaient à Wallatinna. D’autres ont été déplacés. Les « whitefellas » et tous les autres sont tombés malades. Nous étions jeunes, les femmes n’avaient pas de cancer du sein, ni autre forme de cancer. Le cancer était aussi inconnu des hommes. Et pas d’asthme, nous n’étions pas malades. Le gouvernement estimait qu’il savait ce qu’il faisait à l’époque. Maintenant, ils reviennent pour nous dire à nous, pauvres « blackfellas », que « Rien ne va vous arriver, rien ne va venir vous tuer. »…Et nous nous faisons du souci pour nos enfants. Nous avons beaucoup d’enfants qui grandissent dans le pays et il y en aura encore plus, des petits-enfants et des arrières petits-enfants. »



 Galerie photos

 Glossaire

Mot 


 Quizz
Combien d’essais nucléaires ont été effectués dans le monde ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales