Etudes médicales et compensations


Les associations de vétérans s’inquiètent du fait que les gouvernements britannique et australien ne cessent de se dérober dans l’espoir que la controverse politique disparaisse au fur et à mesure que les vétérans vieillissent et meurent. Toutefois, la campagne politique a porté quelques fruits.

En 1984, le gouvernement australien a mis en place une Commission d’enquête, présidée par le juge James McClelland, sur les essais britanniques des années 50 en Australie. Cette Commission d’enquête a établi que le Royaume-Uni a conduit des expérimentations nucléaires de manière irresponsable et a fait preuve de graves défaillances dans le domaine des mesures de protection contre les irradiations. La Commission a également accusé le gouvernement d’avoir sérieusement manqué d’honnêteté à propos des informations et des données techniques rendues publiques sur les niveaux et l’ampleur des retombées radioactives des expérimentations nucléaires.

La Commission d’enquête de 1984 a entraîné des initiatives subséquentes pour réclamer et obtenir avec succès des mesures de compensation du gouvernement britannique. La Grande-Bretagne a accepté de verser 20 millions de livres sterling au personnel australien impliqué dans les essais. Les recommandations de la Commission d’enquête ont appelé à un nettoyage des sites d’expérimentations, à un accès sous contrôle aux secteurs jugés dangereux et à des dédommagements pour les propriétaires fonciers coutumiers des sites.

La Commission d’enquête recommande également des compensations pour les participants, réclame une modification des lois pour que la charge de la preuve n’incombe plus au demandeur mais au gouvernement. La Commission indique aussi que les dédommagements doivent être élargis et inclure, en plus des militaires, le personnel civil des sites d’expérimentations à l’époque des essais et les communautés aborigènes exposées aux retombées du « brouillard noir » des essais.

Depuis les années 80, quelques études médicales et des projets de recherche indépendants et gouvernementaux ont été effectués en Australie et à l’étranger sur les effets des essais atomiques britanniques en Australie.

A la suite de la Commission d’enquête, le département australien aux affaires des vétérans a établi une liste nominative de 15 406 participants impliqués dans les expérimentations. L’Australie a élaboré des programmes de compensation pour les vétérans, mais la plupart des demandeurs n’ont rien reçu. Neuf demandes de compensation ont été satisfaites et un total de 1 047 781 dollars a été octroyé aux vétérans victimes des effets des rayonnements ionisants conformément à la Loi sur la sécurité, la réhabilitation et les compensations. Toutefois, seulement 8% des demandes de compensation ont abouti en vertu de cette législation.

Un Régime administratif spécial (désormais annulé) avait été créé pour les personnes ayant développé des myélomes multiples ou la leucémie dans les 25 années qui ont suivi leur participation aux essais.

Plus de 80 actions en justice ont été lancées par des vétérans et d’autres membres du personnel pour obtenir des compensations, seules quatre demandes ont été entendues par la justice. Plus d’un million de dollars a été dépensé en frais juridiques pour ne faire aboutir que deux demandes. L’une de ces procédures a permis d’obtenir 840 000 dollars de compensation.

Après de fortes pressions exercées sur le gouvernement par des parlementaires compatissants et l’Association des vétérans des essais, une étude sur les taux de cancer et la mortalité chez les Vétérans du Nucléaire a été décidée en 1999. Le rapport de cette étude « Participants australiens aux essais nucléaires britanniques en Australie » a finalement été rendu public sept ans plus tard en juin 2006.

L’étude montre que le taux de mortalité global parmi les cas examinés des participants aux essais n’était pas considérablement différent du reste de la population générale. Toutefois, le taux de cancer s’est avéré 18 fois supérieur au reste de la population générale et l’incidence du cancer 23 fois plus élevée ! L’incidence du cancer chez les participants des essais s’est révélée beaucoup plus forte que dans la population générale et pour toute une gamme de différents types de cancer, notamment les cancers des lèvres, de la cavité buccale et du pharynx, les cancers de l’œsophage, du poumon, colorectal, de la prostate ainsi que les mélanomes et les leucémies.

Cette étude a fait l’objet d’un certain nombre de critiques d’ordre technique et des efforts continuent d’être faits pour améliorer les législations pour accorder des compensations aux vétérans en phase de vieillissement. D’autres critiques soulignent que les communautés aborigènes touchées par les expérimentations nucléaires n’ont pas droit aux dédommagements pourtant accordés au personnel militaire.

Site internet des vétérans australiens (Attention la surprise !)


 Galerie photos

 Glossaire

Mot 


 Quizz
Nommez les quatre sites où la France a effectué des essais nucléaires.



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales