2 juillet 1966 (18 h 38) Taku Mangareva. L’alerte est donnée


Mangareva. Le radar au col de Taku.Il fait nuit à Mangareva et tout d’un coup, les capteurs de radioactivité du poste militaire de Taku viennent de donner l’alerte. Pendant quelques heures des pluies tombent sur Mangareva. Rien que de très normal dans cette région tropicale, sauf que les précipitations sont contaminées. C’est l’inquiétude à Taku. Le chef de poste alerte le ministre Pierre Billotte et expédie un télex au commandant de la DIRCEN : « Ministre informé de radioactivité non négligeable. Décroissance lente. Contamination au sol existante. Demande consignes pour décontamination et à tenir nourriture et pêche. »

Depuis le PC du De Grasse, l’amiral Lorain ordonne, pour enquête, l’envoi à Mangareva de la Coquille, le navire laboratoire du Service Mixte de Contrôle Biologique. A Rikitea, le ministre et la délégation officielle doivent se préparer pour embarquer, dès l’aube, dans l’hydravion Catalina qui les conduira jusqu’à Tahiti.


 Galerie photos

 Glossaire

Mot 
  • DIRCEN
  • Direction des centres d’expérimentations nucléaires


 Quizz
Qu’appelle-t-on « essai nucléaire pacifique » ?



© Copyright 2009 Assemblée de la Polynésie française   | Mentions légales